voy (5)
L’inde et ses mystères, ce pays est étonnant à tout point vue, sa population est
accueillante, curieuse, mystique et surtout étonnamment organisée . Au premier abord , les mots de chaos et de désordre nous viennent au lèvres, et on se dit « mon dieu c’est juste invivable, » et puis , les semaines passent et rien toujours ce même constat, et pourtant ça marche, ils sont ultra nombreux, ils sont multi cultures, multi religions, un pays pluriel. On aime ou on  déteste ce pays je pense. Même leur cuisine révèle difficilement ses secrets, un dosage d’épices, de piments vous raviront le palais ou vous y mettrons le feu . Enfin quoi qu’il en soit la gastronomie indienne est très variée, et très différente du  nord au sud. alors j’ai choisi de vous parlez du rogan josh. C’est le curry du cachemire. Rogan signifie huile  et josh c’est la chaleur (au sens passionné). curieux me direz vous  ! Josh signifierai également rouge, la présence de paprika et de piments expliquerai son nom.  En fait il s’agit d’un agneau ou bœuf aux épices . (je tiens a repréciser que « épice » ne signifie pas pimenté, bien que ce plat le soit du fait de la présence de piments, reste à vous de doser votre tolérance aux piments, pour ma part je mange ce plat très pimenté car il est dans sa forme original le plus pimenté des plats indiens . Il vous faudra donc la liste si dessous d ‘ingrédients et 2 heures de cuisson (c’est long mais indispensable)
Une petite note pour le choix des épices. Pour le piment je vous ai préconisé un piment en poudre par facilité d’achat, pour ma part j’utilise le piment du cachemire pour cette recette (épicerie indienne). c’est un piment de force 2/3 sur 10 donc relativement léger. je l’associe à un piment bhut jolokia fumé, mais attention à ce dernier c’est un 10/10, donc soyez très précautionneux avec son usage, il est originaire de l’est de l’inde . Un quart de pointe de couteau suffise amplement (donc ATTENTION) . L’utilisation de gants est indispensable à la manipulation de piment, non pas qu’il va vous bruler les doigts, mais le risque de vous frotter les yeux est trop fort pour négliger cette précaution.

Ingrédients:

josh

- 1 kg de filet d’agneau
- 45 ml de jus de citron 300 ml de yaourt grec
- 1 cuillère à café de sel
- 2 gousses d’ail écrasées
- 2,5 cm de gingembre frais, râpé
- ½ cuillère à café de graines de cumin
- 4 cuillères à soupe d’huile
- 2 feuilles de laurier
- 4 capsules de cardamome verte
- 1 oignon finement haché
- 2 cuillères à café de coriandre moulue
- 2 cuillères à café de cumin moulu
- 2 cuillères a café de paprika
- 1 cuillère à café de piment en poudre (facultatif)
- 400 gr de tomates concassées (fraîches ou en boîte)
- 2 cuillères à soupe de concentré de tomates
- Riz basmati pour accompagner
Préparation:

Etape 1: Dégraisser la viande avec un couteau aiguisé. Couper la viande en dés de 2,5 cm de côté.

Etape 2: Dans un saladier, mélanger le jus de citron, le yaourt, le sel, 1 gousse d’ail et le gingembre. Ajouter la viande et laisser mariner toute la nuit.

Etape 3: Faire chauffer l’huile dans une poêle et y faire revenir les graines de cumin 2 minutes, jusqu’à ce qu’elles crépitent. Ajouter la cardamome et les feuilles de laurier et faire revenir 2 minutes de plus.

Etape 4: Ajouter l’oignon et le reste d’ail, faire frire 5 minutes. Ajouter la coriandre, le cumin moulu, le parprika et le piment en poudre, faire revenir encore 2 minutes.

Etape 5: Ajouter l’agneau mariné et laisser cuire pendant 5 minutes, en remuant de temps en temps.

Etape 6: Ajouter les tomates, le concentré de tomates et 150 ml d?eau. Porter à ébullition puis réduire le feu. Couvrir et laisser cuire à feu doux de 1 heure à 1 heure 30, jusqu’à ce que la viande soit tendre.

Etape 7: Servir avec du riz nature.

 

Un ailleurs

Je souhaite commencer ce nouveau blog par une de mes passions, le voyage. C’est pour moi le moteur de tout les contacts, de tout les échanges, mais aussi,  l’ouverture aux autres.  C’est d’actualité… Pour comprendre l’autre, le seul chemin c’est la culture, la tolérance et l’apprentissage et la compréhension des us et coutumes de chacun .

Visiter un marché c'est comprendre un pays et le découvrir

Visiter un marché c’est comprendre un pays et le découvrir

L’inconnu fait souvent peur, souvent l’incompréhension est la source de maux en tout genre,. Connaitre l ‘autre c’est déjà le comprendre . Le voyage n’est pas forcément physique, il peut être spirituel, culturel, moi c’est le mélange de ses trois derniers qui me rendent si optimiste, si ouvert et aimant de l ‘autre, de l’étranger, de celui qui ne vit pas comme moi, qui a des croyances, qui a des convictions bien différentes des miennes .

 

« La tolérance est une vertu qui rend la paix possible »  : kofi annan